Tech’ News N°11 : Chromecast et le projet fou du CNES

Tech’ News N°11 : Chromecast et le projet fou du CNES

Chromecast

techNews11_05techNews11_04

 

Pour ceux d’entre vous qui se retrouvent toujours embêtés à l’approche des fêtes par manque d’idées cadeaux, Chromecast pourrait bien vous sauver la mise avec son prix très abordable (35 euros) contrairement aux autres objets connectés où la moyenne tourne autour de 120 euros.

Disponible en France depuis mars dernier, Chromecast permet de rendre votre téléviseur “traditionnel” en un objet “connecté”.

Cette petite clé HDMI sert donc à accéder sur grand écran à des services de vidéo à la demande (Netflix par exemple), de télévision par Internet, de musique en ligne, de vidéos en streaming (bien que cela soit assez limité de ce côté là). On peut donc balancer des films/photos/musiques sur sa TV depuis notre tablette/smartphone/pc en qualité HD sans avoir un support matériel encombrant (fil qui se balade partout) et tout en continuant ce qu’on était en train de faire une fois le contenu envoyé ! À préciser que plusieurs utilisateurs peuvent interagir simultanément avec l’outil et diffuser leur vidéo/musique.

Le seul hic, contrairement à l’apple TV ou Miracast (supports bien plus onéreux) est l’impossibilité de lire des fichiers depuis son terminal vers l’écran. Chromecast est donc un appareil multimédia réduit à sa plus simple expression contenant un petit processeur Marvell, un module Wi-Fi, 512 Mo de mémoire vive et de 2 Go de mémoire interne. À noter une restriction, celle d’avoir obligatoirement une box pour faire la communication entre la Chromecast et les appareils.

techNews11_08

Pour terminer, voici une liste non exhaustive d’applications utilisables :

Youtube, Google Play Films/Musique, Netflix, Deezer, Twitch TV, FranceTVPluzz, CanalPLay, Sfr TV, Google+. On peut également nous voir naviguer sur Internet.

TechNews11_10

CNES et Google, un projet « fou »

 


Malgré l’existence de technologies comme la fibre optique, les ondes hertziennes, les satellites et face à une problématique de taille où 66% de la population mondiale ne dispose pas encore d’internet, le laboratoire Google X lance un projet hors du commun avec l’aide de l’agence spatiale française qu’est le CNES (Centre national d’études spatiales) : le projet “Loon”.

L’idée consiste à utiliser des ballons dérivant dans la stratosphère et capables de permettre l’accès à internet depuis des zones rurales, lointaines et non desservies. L’expertise technique et le savoir-faire du CNES sur ce sujet donnent un résultat étonnant, les ballons transiteraient entre 18-20 km d’altitude, au-dessus du trafic aérien et évitant aussi les aléas météorologiques. Ils s’alimentent en énergie grâce à des panneaux solaires.

N’importe quel téléphone récent  qui est dans une zone sous cette couverture  bénéficierait ainsi d’une vitesse de connexion permettant de lire des vidéos en streaming. Naturellement, sans cette collaboration unique, cette nouvelle génération de ballons 2.0  n’aurait sûrement jamais vu le jour.